Un réseau de voies réservées pour desservir les banlieues

Misant, dans le cadre du Réseau express de la Capitale (REC), sur une vision intégrée de tous les projets de transport collectif de la région métropolitaine de Québec, le gouvernement du Québec prévoit un important projet de voies réservées pour mieux desservir les banlieues, accroître le transfert modal en faveur du tramway et faciliter les déplacements en partance de la Rive-Sud ou vers celle-ci, via le tunnel Québec-Lévis.

Un écosystème de moyens de transport

Déployées sur plus de 100 kilomètres, les voies réservées du REC cibleront non seulement les principaux axes routiers de la région, dont les autoroutes Félix-Leclerc, Henri-IV, Robert-Bourassa et Laurentienne, mais également des routes municipales comme le boulevard Pierre-Bertrand et la 1re Avenue.

Des stationnements incitatifs seront construits afin de soutenir ce nouveau réseau et d’amener le plus de personnes possible à utiliser le transport collectif.

Les voies réservées seront majoritairement développées en élargissant les routes existantes, particulièrement les axes autoroutiers nord-sud, afin de compléter l’offre de transport actuel. Connectées au tunnel Québec-Lévis et au tramway, ces voies permettront aux résidentes et aux résidents des couronnes périphériques de se rendre au centre-ville ou vers Sainte-Foy et de profiter de tous les attraits de ces secteurs sans devoir utiliser leur voiture. Ce projet de desserte des banlieues sera également bénéfique pour les citoyennes et les citoyens en provenance ou à destination de la Rive-Sud, puisque les bus électriques qui circuleront dans le tunnel Québec-Lévis pourront éventuellement se connecter au nouveau réseau de voies réservées et desservir des générateurs de déplacements importants comme le secteur Lebourgneuf.

Une offre attrayante et complémentaire à l’automobile

Les voies réservées se déploieront sur les axes où les épisodes de congestion sont les plus fréquents. Les temps de déplacement en transport collectif seront significativement diminués. Ainsi, le recours aux bus électriques qui y circuleront deviendra une option très attrayante pour les citoyennes et les citoyens des secteurs où la voiture était jusqu’à maintenant le seul moyen de transport envisageable. Cependant, puisque la réalité quotidienne de plusieurs ne permet pas toujours l’utilisation du transport en commun, aucune voie ne sera retirée aux automobilistes.

Un investissement de 844 M$

La réalisation des tronçons ciblés représente un investissement estimé à 844 M$. L’échéancier de réalisation des voies réservées de même que la localisation et la dimension des futurs stationnements incitatifs connexes au projet seront précisés une fois la planification terminée.