Foire aux questions

Le Réseau express de la Capitale (REC) est la vision gouvernementale du transport collectif dans la région métropolitaine de Québec.

Dans le cadre du REC, le gouvernement du Québec mise sur deux axes de déplacements (nord-sud et est-ouest) et la complémentarité de quatre grands projets de transport collectif qui se déploieront sur le territoire de la région métropolitaine de Québec sur un horizon de dix ans. En intégrant ces projets dans un réseau vaste comme le REC, le gouvernement met de l’avant une vision qui permettra d’optimiser les possibilités de déplacement pour les citoyennes et les citoyens de la région et de favoriser leur utilisation du transport collectif.

Quatre grands projets :

  • la construction d’un tunnel entre le centre-ville de Québec et celui de Lévis. L’infrastructure deviendra le lien interrives le plus à l’est du Québec;
  • l’implantation d’une ligne de tramway de près de 20 kilomètres;
  • l’aménagement d’un réseau de mesures préférentielles pour la desserte des banlieues de Québec;
  • la desserte de la Rive-Sud, grâce à l’interconnexion des réseaux de transport en commun de Québec et de Lévis à l’ouest et à l’implantation de voies réservées.
D’abord évalué à 9,6 G$, le projet du tunnel Québec-Lévis a fait l’objet d’une importante mise à jour en avril 2022. Le nouveau projet devra respecter un budget estimé à 6,5 G$, incluant les frais connexes.

La pandémie de COVID-19 a entraîné une augmentation fulgurante du télétravail. Partout dans le monde, les infrastructures de transport collectif et les systèmes routiers ont vu leur affluence chuter de façon importante. Mais même si le télétravail risque d’être plus important qu’avant, un retour au travail en présentiel est anticipé un peu partout sur la planète une fois la pandémie terminée.

Pour relancer leurs économies, plusieurs États dans le monde continuent de miser sur des investissements dans des infrastructures structurantes basés sur des besoins à long terme. Comme pour d’autres projets d’infrastructure en transport, notamment le Réseau express métropolitain (REM) à Montréal et le tramway de Québec, le gouvernement du Québec juge que le tunnel Québec-Lévis demeure une infrastructure hautement nécessaire. Il s’agit d’un projet qui sera mis en service dans un horizon de 10 ans, à une période où il n’est pas prévu que les effets de la pandémie de COVID-19 sur le télétravail se fassent encore beaucoup sentir.

Le REC comprend environ 133 kilomètres de mesures préférentielles sur la Rive-Nord et la Rive-Sud ainsi que dans le tunnel Québec-Lévis.

Il est prévu que les mesures prioritaires sur le boulevard Guillaume-Couture, à Lévis, seront terminées en 2025. Des analyses préciseront l’échéancier de réalisation pour les voies réservées. Les travaux préparatoires au projet du tunnel Québec-Lévis débuteront en 2022.

Oui. Le projet du tunnel Québec-Lévis a notamment été choisi afin d’assurer une meilleure connexion avec le tramway de la ville de Québec. Les quatre projets du REC seront tous interconnectés afin d’optimiser les déplacements pour les citoyennes et les citoyens de la région et de favoriser l’utilisation du transport collectif.

C’est principalement le gouvernement du Québec qui finance les projets inclus dans la vision du REC, avec la contribution du gouvernement fédéral, des villes impliquées et des sociétés de transport.

Le REC vise essentiellement à fédérer l’ensemble des projets de transport collectif dans la région.

Les mesures prioritaires sur le boulevard Guillaume-Couture prévoient un corridor de transport actif. Les travaux liés à l’interconnexion à l’approche nord des ponts incluent également des bonifications des aménagements piétons et cyclistes.

La réalisation des composants du REC générera des entraves sur le réseau routier, mais un travail de coordination sera assuré avec l’ensemble des partenaires pour limiter les répercussions sur la circulation.

Des discussions sont en cours pour proposer une solution attractive aux usagers du transport collectif et pour encourager les usagers de la route à modifier leurs modes de déplacement. Toutefois, il appartient aux sociétés de transport de fixer leurs tarifs.

D’ici à ce que les projets comme le tunnel Québec-Lévis, le tramway ou les voies réservées soient réalisés, de nouveaux trajets seront mis en place. Dans la vision du REC, l’intégration et la complémentarité des sociétés de transport seront favorisées. Des trajets inédits, offrant des possibilités de déplacement auxquelles les citoyennes et les citoyens de la région métropolitaine de Québec ne pouvaient même pas rêver jusqu’à présent, verront le jour.

Oui. Des études complémentaires ont été réalisées et confirment que l’emplacement de l’infrastructure reliant les deux centres-villes comporte de nombreux avantages, notamment une plus grande affluence, des incidences environnementales moindres à l’occasion de la réalisation du projet, une meilleure desserte des deux centres-villes et un lien plus direct vers les grands pôles d’emplois et générateurs de déplacements, ce qui permettra de réduire les temps de parcours pour les usagers.

Oui. Le tracé du tramway s’appuie sur les analyses déjà effectuées par la Ville de Québec, des études d’achalandage réalisées par des experts indépendants et des études du ministère des Transports et de la Mobilité durable.

Les infrastructures et les conditions de circulation actuelles ne permettent pas d’implanter des mesures sur les ponts sans avoir une grande incidence sur la fluidité de la circulation. Toutefois, les mesures préférentielles qui seront aménagées dans le secteur au nord des ponts jusqu’au pôle d’échanges de Sainte-Foy permettront aux usagers du transport en commun de la Rive-Sud d’effectuer une correspondance efficace avec la ligne de tramway. De plus, ces mesures assureront une meilleure régularité du service. L’objectif est de procéder à la mise en service de ces aménagements en même temps que celle du tramway.

Le processus d’évaluation environnementale mis en place pour les grands projets sera suivi.

Les citoyennes et citoyens qui désirent s’informer de l’évolution des projets du REC peuvent communiquer avec les partenaires suivants :

  • le ministère des Transports et de la Mobilité durable, pour les projets du tunnel Québec-Lévis, de mesures préférentielles pour le transport collectif et de l’interconnexion à l’approche nord des ponts;
  • la Ville de Québec pour le projet de tramway;
  • la Ville de Lévis pour le projet Guillaume-Couture.

Des pages Web portent également sur les projets suivants :

Au début de l’année 2022, le gouvernement a annoncé son intention de revoir le projet pour en réduire les coûts de façon significative. Le Bureau de projet du tunnel Québec-Lévis est retourné à la table à dessin pour élaborer un nouveau projet modifié, lequel a été présenté à la population le 14 avril 2022. Dans les prochains mois, le Bureau de projet continuera ses analyses de ce nouveau projet.

Le diamètre est l’élément qui a le plus de répercussions sur les coûts d’un tunnel. En optant pour deux tubes de diamètre plus standard, il est possible de réduire significativement les coûts et les risques du projet.

Dès l’été 2022, des travaux préparatoires auront lieu du côté de Lévis.

Plusieurs études et analyses déjà en cours se poursuivront, notamment l’étude d’impact environnementale annoncée en septembre 2021 et des relevés géotechniques importants dans la voie maritime du Saint-Laurent.

La prochaine grande étape est l’étude d’avant-projet, qui débutera au printemps 2022 et qui permettra d’approfondir les analyses nécessaires à la conception du tunnel.

Il est trop tôt pour statuer sur le modèle de transport collectif déployé dans le tunnel, mais il s’agit d’une composante essentielle qui fera l’objet d’analyses rigoureuses en vue d’offrir le meilleur service à la population de la région métropolitaine de Québec.  

Plusieurs corridors ont été analysés dans le cadre du projet. Après l’analyse des différents scénarios, le gouvernement a arrêté son choix sur un tracé de centre-ville à centre-ville. Ce tracé a pour avantage de permettre une connexion directe entre les deux villes et une intégration du transport collectif. D’ailleurs, le gouvernement a annoncé en mai dernier que le tunnel Québec-Lévis serait une composante clé du nouveau Réseau express de la Capitale.

De plus, l’ajout d’un pont à la hauteur de l’île d’Orléans représenterait un défi de construction important, enjamber la voie maritime du Saint-Laurent n’étant pas une mince tâche. Il y aurait des répercussions significatives pour les résidentes et résidents de l’île ainsi que sur les vues paysagères devant Québec et Lévis. Ces facteurs ont aussi été considérés dans l’analyse des corridors.